"Heureux qu'il était ..."
Quimper, le 21 mai 2006

Public sage, et d'un seul coup, passé 19h, à la seconde près, le voilà qui à ma grande surprise se réveille : « GREGORY GREGORY GREGORY ». J'étais sidérée. Derrière moi il y avait un jeune, je n'ai pas bien vu son visage, mais je peux vous assurer qu'il connaissait tout par cœur et il criait, seul dans la rangée, « OH, OH OH, et GREGRORY VAS-Y, ON T'AIME ». A un moment donné il a même crié dans son émoi "Vive la France". Je n'ai pas très bien compris pourquoi, mais ça nous a fait rire.

19h05, les lumières s'éteignent, et le concert commence et à partir de ce moment là le public n'a plus été le même. Il a vraiment participé et à partir de "Show must go on", tout le monde était debout.

Les chansons dans le même ordre. Je peux vous assurer que sa voix va bien. Moi qui l'ai vu à Longjumeau, j'ai pu me rendre compte des progrès dans tous les domaines. Qu'est ce qu'il assimile vite. Un Grégory super à l'aise, ça y est il a pris possession entièrement de la scène. Une voix au top. Je n'ai pas remarqué quoi que ce soit de travers. Des innovations dans l'interprétation, pas parce qu'il ne pouvait pas monter ou quoi que ce soit, mais parce qu'on sentait qu'il avait du plaisir à le faire, à changer les phrases musicales, à improviser et c'était toujours merveilleusement bien fait.

Au niveau de la toilette, ben oui, il faut en parler, au début comme les autres fois, pantalon et chemise près du corps, noire ou marron, je ne sais. Pour "Le feu sur les planches" il met donc son blouson, et figurez vous que le petit, pris dans le feu de l'action a oublié de l'enlever à la fin de la chanson. Il a continué de chanter 2 autres chansons avec. D'un seul coup, il a dû se rendre compte qu'il crevait de chaleur parce que, tout en chantant, il a entrepris de l'enlever. Ce qui n'était pas trop commode avec un micro à la main et en train de chanter devant un public.

Et bien il y est parvenu, mais du coup il avait oublié aussi de changer la chemise. Il s'en est souvenu après "Ecris l'histoire" l'avant dernière chanson et c'est seulement là qu'il est revenu changé, éclatant comme une bonne et belle lessive, revêtu de sa belle chemise immaculée, plus blanche que blanche, pour le rappel et donc le final : "Je t'écris".

Cette fois j'ai pratiquement tout compris ce qu'il a dit. Il chante les deux premières chansons d'affilée et la troisième bien sûr, "Mon ange", il nous lance avec l'œil coquin, "vous êtes mes anges". Et dans la chanson il a changé les paroles pour reprendre la même chose. Dans ses commentaires, il a remercié le public de l'avoir soutenu et pendant la Starac (j'ai aimé qu'il le dise) et depuis. Il a dit aussi que les rêves se réalisaient et que quelquefois de l'ombre à la lumière ............... Là il s'arrête de parler et moi comme une idiote je crie "Il n'y a qu'un pas", faisant rire tous les gens qui étaient à côté de moi. Non, non, je ne suis pas conditionnée.

Il profite de faire quelques grégonneries lorsqu'il présente ses musiciens. Par exemple après "Même si", l'un d'eux chante à la place de Greg une ou deux phrases. Donc Greg en profite pour dire que le guitariste s'est pris pour Lucie Sylvas et lui demande s'il ne veut pas qu'il lui achète une perruque blonde. Avant il avait fait le pitre en parlant de l'anglais. Il nous a demandé pourquoi nous rions à chaque fois qu'il parlait de l'anglais. Avec quelques grimaces appropriées.

Avec Fred Renaudin, lorsqu'il le présente, il introduit "Pardonne-moi". Il demande à Fred ce qu'il pense quand il dit que la plus belle preuve d'amour est le pardon. Et Fred Renaudin lui répond "Tu as raison.......... pour une fois". Hurlements du public qui défend son Petit Prince et regrimaces de Greg qui se marre.

Quand le batteur et un des guitaristes changent de place pour je ne sais plus quelle chanson, là encore il fait les présentations, leur demande s'ils n'ont pas "disjoncté", enfin il a employé d'autres termes, mais je ne me souviens plus. Le batteur a une paire de lunettes de soleil et Greg se les approprie et fait un numéro avec. Et il leur demande s'ils ont des problèmes de digestion. Alors là, ce n'est plus la choucroute, c'est la faute des langoustines. Il trinque avec sa bouteille d'eau avec un des musiciens.

Après "The show must go on", il dit "il va me falloir 15 minutes pour me remettre" et il se met à rire. A plusieurs moments on entendait "GREGORY ON T'AIME". Et Grégory de dire : "vous comprenez pourquoi j'aime faire ce métier?" A un moment il a demandé qu'on le crie plus fort et le public a joué le jeu en criant de plus belle "ON T'AIME".

Heureux qu'il était le Greg.

Il a fait chanter le public sur "Ecris l'histoire et "Même si". Et ça y allait je peux vous l'assurer. Il était visiblement épanoui et content, plus que ça même. Après "The show must go on", il nous dit en rigolant et en montrant les premiers rangs "J'ai cru qu'elles allaient monter sur la scène".

"Nos fiançailles", magnifique, de mieux en mieux. A part quelques cris intempestifs au début, le public dans un silence presque absolu a savouré cette interprétation superbe. Idem pour la dernière "Je t'écris".

Très à l'aise dans tous ses déplacements, dans ses commentaires et sa voix au top niveau. Belle, forte, pleine et tout en douceur quand il le fallait. Du grand Greg, du grand art.

A la fin, il est sorti d'un côté, ses musiciens de l'autre et là j'ai bien aimé. Parce que les musiciens un peu dans l'ombre, se sont mis en cercle, et se sont tapés tous dans les mains, se congratulant, heureux du travail accompli, c'était du beau travail. Ils ont applaudi le public et Greg. D'ailleurs après certaines chansons, ils applaudissaient Grégory.

Grégory lui de l'autre côté, dans le halo de lumière, tout de blanc vêtu a ramassé divers cadeaux et fleurs et est resté quelques instants face au public, disant merci plusieurs fois, agitant la main et partant à reculons dans les coulisses. C'était très touchant.

Je suis allée dire au revoir aux Grégoryennes, nous avons commenté le spectacle (pas dur) et nous nous sommes donnés rendez-vous pour le prochain à l'Olympia.

Voilà, j'espère que pour ceux qui ne pourront pas aller le voir, ça donne une idée plus précise. Et il y aura surement autre chose à dire pour les prochains concerts.

Bonsoir à tous et merci au public de Quimper qui a vraiment été à la hauteur.


Mapina, le 22 mai 2006